Jean-Luc Beaud
En renfort pour ce grand projet

L’ampleur d’un déménagement comme celui que vient de vivre Spontis a nécessité des aides externes et des renforts. Jean-Luc Beaud est un ancien collaborateur de l’entreprise, désormais à la retraite. Il a eu énormément de plaisir à apporter du soutien et son savoir-faire lors de la manœuvre.

Comment s’est passé ce retour auprès de Spontis ?

J’ai pris ma retraite à la fin du mois d’août dernier, mais j’ai gardé un très bon contact. Le lien avec Spontis est toujours fort, pour moi, et il en est semble-t-il de même pour l’entreprise. J’avais déjà fait un petit remplacement à la fin de l’été, et je suis donc volontiers venu apporter mon aide pour ce déménagement. J’ai participé à deux journées d’inventaire et, en tout, à trois semaines de manutention.

Quelles ont été vos tâches ?

J’ai pris part au transport du matériel. Nous avons dû vider les casiers des anciens entrepôts et réaliser un important travail pour répertorier et de numéroter la marchandise. J’ai également accompli différentes tâches de manutention. Tout s’est fort bien déroulé et je dois dire que c’était impressionnant de voir qu’en quinze jours, le gros des stocks avait été déplacé. La manœuvre a été programmée avec beaucoup de minutie et c’est appréciable.

A titre plus personnel, qu’avez-vous ressenti ?

Ce sont de bons souvenirs qui sont remontés à la surface. Et je suis un homme de terrain. Par conséquent j’étais content d’y être convié. Je connais bien la maison, et j’ai même eu l’occasion de donner quelques conseils à une ancienne collègue, en passant derrière l’ordinateur. J’ai eu du plaisir à être présent et voir avancer le projet.

Quel est votre point de vue sur les nouveaux locaux ?

Se réunir ainsi, se regrouper, c’est une très bonne chose. On sent mieux que Spontis est une seule entité, et que c’est pour le bien du groupe qu’on a fait ce déménagement. Je peux imaginer que l’efficacité au travail s’en trouve améliorée. Les stocks sont répartis sur un seul étage désormais, et il n’y a plus de perte de temps avec l’ascenseur. Le fait qu’il y ait une vraie salle de pause est bénéfique également. J’ai ressenti un excellent climat de travail.